Friday, April 8, 2016

brûle-gueule

brûle-gueule nm 
definition image
translation:
a short pipe (fir smoking)

etymology:  brûle — burn + gueule — mouth

synonyms:   bouffarde, brûlot, pipe

examples:

Goncourt, Germinie Lacerteux (1865)
“un homme en bras de chemise, un brûle-gueule à la bouche, entr’ouvrit la porte, et dit d’attendre un instant.”

Flaubert, L’Éducation sentimentale (1869)
“ Il voulait apprendre la savate, pour visiter les tapis-francs de la Cité, comme le prince Rodolphe des Mystères de Paris , tira de sa poche un brûle-gueule, rudoyait les domestiques, buvait extrêmement.”
(tapis-francs — cabarets)

Verlaine, La bonne Chanson (1870)
“Les ouvriers allant au club, tout en fumant
Leur brûle-gueule au nez des agents de police,”

Coppée, Les Humbles (1872)
“Croyant qu’il dort et qu’elle est seule
Si la sœur prie auprès de lui,
Vite il charge son brûle-gueule
Et siffle un air avec ennui.”

Huysmans, Croquis parisiens (1880)
“le mendiant … retourne au gîte, suant, éreinté, fourbu, gravissant péniblement la côte, suçant son brûle-gueule pour longtemps vide.”

Daudet, Numa Roumestan (1881) 
 “le brûle-gueule portait en inscription : pipe de forçat marocain.”

Goncourt, Journal II (1887)
“je faisais, en ma cervelle en feu, du moyen de me transporter près de ces deux femmes, sans éveiller l’attention d’un garde-chiourme terrible qui fumait un brûle-gueule, adossé au mur, à côté de moi.”



















Blog Archive

About Me

This blog and its companion are based on my current project of reading Balzac, Zola, and other 19th century authors.