Monday, January 11, 2010

lutin


lutin nm
definition image
translation:
goblin, sprite, elf, imp

lutin adj roguish, impish, sprightly
lutiner v to plague, tease, pester; be mischevious

etymology: unknown. perhaps from the same Germanic root as English little

synonyms: alf, démon, diablotin, elfe, espiègle, farfadet, follet, gnome, gobelin, kobold

examples:

noun:

Nodier, Trilby (1822)
"le nom de Trilby avait expiré sur ta bouche; un lutin s'en saisit, et vint charmer mon oreille du bruit de cet appel involontaire."

Hugo, Odes et Ballades (1818–1829)
"C'est toi, lutin ! -- Qui t'amène ?"

Gautier, Albertus (1832)
“Un lutin jovial, gonflant sa face ronde,
Sonne burlesquement de deux cors à la fois.”

Hugo, Han D'Islande (1833)
“Je crois que je remplirais encore plutôt ma gibecière en cherchant des lutins
et des follets dans les forêts brumeuses de la reine Mab.”
(gibecière — game bag}

Verne, Voyage au centre de la terre (1864)
“nous fûmes obligés de passer la nuit dans une masure abandonnée, digne d'être hantée par tous les
lutins de la mythologie Scandinave.”

Daudet, Lettres de mon moulin (1869)
"Il y a peut-être par-là dans le fourré quelque lutin caché en train de se moquer de moi.."

Rimbaud, “Poison perdu”, Poésies (1872)
"Dehors le mur est plein d’aristoloches
Où vibrent les gencives des lutins."
(aristoloches – Dutchman's pipes (a flower))

adjective:

Balzac, Une double Famille (1830)
"Un matin, vers la fin du mois de septembre, la tête lutine de Caroline Crochard se détachait si brillamment sur le fond obscur de sa chambre."

Balzac, L’Enfant maudit (1831)
"Jamais ses petites mains lutines, ses petits mots bégayés, ses rires intelligents, ne manquaient de dissiper les rêveries de sa mère."

Baudelaire, Fleurs du mal (1857)
"Et chassent à coups mutins
Les doigts lutins."

verb:

Sand, La Mare au diable (1846)
"ils ne songèrent qu’à se lutiner les uns les autres, à échanger des lazzis et à se conter de folles histoires."

Maupassant, La Maison Tellier (1881)
"l’on prenait sa chartreuse en lutinant quelque peu les filles, ou bien on causait sérieusement avec Madame, que tout le monde respectait.

Maupassant, Contes de la bécasse (1882)
"Je la lutinais un peu, ce qui semblait l’amuser, mais nous ne causions pas, naturellement, puisque nous ne nous comprenions point."

Blog Archive

About Me

This blog and its companion are based on my current project of reading Balzac, Zola, and other 19th century authors.