Tuesday, October 18, 2016

empâter

empâter v
definition image
translation:
1. to apply a pasty material on, thicken, coat, smear, (art) impaste
2, to thicken (the tongue, the voice), make slur
3. to thicken, fatten, add weight, stuff

empâtement nm coating. thickening, impasto

etymology:  from em- + pâte — paste

synonyms: 
1. engraisser, épaisser
2. devenir pâteux, enfler, épaisser, rendre épaisse
3. bedonner, bourrer, épaisser, grossir, remplir de pâte

examples:

1.

Balzac, Un Début dans la vie (1844)
“Les boiseries, réchampies en grosse peinture à la colle et d’un blanc rouge qui empâte les moulures, les dessins, les figurines, loin d’être un ornement, attristaient le regard.”
(moulures —  molding)

Flaubert, Madame Bovary (1857)
“Et aussitôt, il atteignait sur le chambranle les chaussures d'Emma, tout empâtées de crotte - la crotte des rendez-vous - qui se détachait en poudre sous ses doigts”

Gautier, Loin de Paris (1865)
“la muraille rugueuse, grenue, empâtée de couches successives de crépi à la chaux qui s’écaille, ressemble à ces fonds maçonnés à la truelle qu’affectionne Decamps, et fait comme un cadre blanc au tableau.”
(grenu — grainy)

Verne, Autour de la lune (1870)
“C'est la Terre, telle qu'elle fut avant que les marais et les courants l'eussent empâtée de couches sédimentaires.”

Zola, L’Œuvre (1886)
“Ce tableau, jamais il ne le finirait, c'était bien certain maintenant. Plus il s'y acharnait, et plus l'incohérence augmentait, un empâtement de tons lourds, un effort épaissi et fuyant du dessin.”

Goncourt, Journal I (1887)
“Un maître diantrement original que Van der Meer. On pourrait dire de sa LAITIÈRE, que c'est l'idéal cherché par Chardin. Même peinture laiteuse, même touche aux petits damiers de couleur fondus dans la masse, même égrenure beurrée, même empâtement rugueux sur les accessories.”
(diantrement — deucedly; égrenure — chip)

Huysmans, La Bièvre et Saint-Séverin (1898)
“la vie se confine dans ce coin de la Bièvre dont les eaux grelottent le long de ses quais empâtés de fange.”

2.

Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes (1847)
“Voilà Bixiou, s'écria Blondet, il en sera : rien de complet sans lui. Sans lui, le vin de Champagne m'empâte la langue, et je trouve tout fade, même le piment des épigrammes.”

Daudet, Le Nabab (1871)
“Timide à ne pas dire deux paroles sans bredouiller, presque aphone, roulant sans cesse des boules de gomme dans sa bouche, ce qui achevait d’empâter son discours,”
(aphone —  voiceless)

Maupassant, Une Vie (1883)
“le prêtre, d'une voix empâtée, gloussa quelques mots latins dont on
ne distinguait que les terminaisons sonores.”

Goncourt, Journal II (1887)
“Daudet dit que c'est lui, qui lui a donné le la de sa pocharderie royale, en le poussant à jouer la scène, sans flageoler, sans tituber, et seulement avec l'empâtement de la parole.”
Darien, Biribi, discipline militaire (1890)
“C’est moi que vous injuriez en insultant mon ordonnance ! est venu dire, d’une voix empâtée, le lieutenant Ponchard, ivre à ne pas se tenir debout.”

Zola, La Débâcle (1892)
“Du reste, il n’avait aucun accent, parlait avec la lenteur empâtée des paysans du pays.”

Zola, Lourdes (1893)
“Ah ! bégaya madame Vêtu, la bouche empâtée de souffrance.”

3.

Gautier, Mademoiselle de Maupin (1834)
“Et elle me portait elle-même les morceaux à la bouche, et me forçait à les avaler plus vite que je ne le voulais, en les poussant avec ses jolis doigts, absolument comme on fait aux oiseaux que l’on empâte.”

Balzac, Illusions perdues (1843)
“Elle l’empâtait de mets choisis comme un bichon de marquise.”
(bichon — pet dog)

Michelet, Histoire de France XVII  [1715-1723]  (1867)
“Le pis, c'est qu'elle avait maigri, n'était plus «la grasse Lombarde, bien empâtée,» l'idéal de Philippe V.”

Verne, Vingt mille lieues sous les mers (1870)
“Les uns vieux et empâtés déjà ; les autres jeunes et réfléchissant l'éclat de notre fanal.”

Flaubert, Bouvard et Pécuchet (1880)
“Quand ils entrèrent dans la cour, le fermier, maître Gouy, vociférait contre un garçon et la fermière sur un escabeau, serrait entre ses jambes une dinde qu'elle empâtait avec des gobes de farine.”

Daudet, La Belle-Nivernaise (1886) 
N'ayant qu'une cuillère pour deux bouches, ils s'empâtaient à tour de rôle, comme des oisillons dans un nid.”

(oisillons — nestling




Blog Archive

About Me

This blog and its companion are based on my current project of reading Balzac, Zola, and other 19th century authors.